MERECUMBÉ

Q'est-ce que c'est exactement, «Merecumbé» ?

D’abord, il faut le dire, ça sonne bien – tant pour les paroles que pour la musique : C’est le titre du tube datant des années ’60 de Johnny Colón, lequel est redevenu célèbre dans la scène Salsa grâce à la reprise sous le même nom du groupe Los Titanes (2001) et récemment de nouveau par Iván Cáceres y su Bongolandia (2003).
Dérivation du mot : C’est un mot valise, dont ont a uni ‘Merengue’ et ‘Cumbia’, deux styles de danse et de musique latino-américaines.
Otres versions / sources : Célia Cruz : « Mi Merecumbé » ; Los Melodicos : « El Merecumbé » [Clásicos de Oro de los Melodicos]; Raul Malo: « Bailaré (el Merecumbé) » , Los Titanes « Merecumbé » [Salsa Magic, 2001].

Le fait, que cette chanson est mon tube préféré dans la Salsa, révèle déjà beaucoup de moi, Sandro alias « Merecumbé » : Les basses massives ont un côté ‘natif, bien implanté’ (je été élevé dans le canton Suisse de Appenzell, parmi des fermes et des vaches). Le chant est humble mais quand même pénétrant (j’abandonne pas facilement – mais je distribue mes moyens pourtant avec circonspect). Les cuivres (Espagnol : ’trombones’) expriment une multitude d’émotions (j’adore cela) le solo de percussion est très varié, parfois un peu turbulent et éclate d’énergie (mes amis m’appellent souvent ‘hyper…’). Qui aimerais interpréter plus profondément – allez-y !

En général, tous ce qui m’a marqué dans ma vie, ce qui m’accompagne encore aujourd’hui et ce qui m’est précieux est impliqué : En conséquence, tous les personnes avec lesquelles je peux travailler et qui m’aident sont aussi « Merecumbé » pour moi – le rythme pulsatif de la vie. Je vous rend la grâce : Merci beaucoup !